search

Recherche

Le commissaire au lobbyisme du Québec veille au respect de la Loi sur la transparence et l'éthique en matière de lobbyisme et au Code de déontologie des lobbyistes.

Loi sur la transparence et l'éthique en matière de lobbyisme

La Loi sur la transparence et l’éthique en matière de lobbyisme a été adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale le 13 juin 2002. Elle reconnaît la légitimité du lobbyisme et le droit des citoyens de savoir qui tente d’influencer les décideurs des institutions parlementaires, gouvernementales et municipales. 

Lorsqu’ils tentent d’influencer des décisions auprès des élus et des fonctionnaires, les lobbyistes doivent s’inscrire au registre des lobbyistes et respecter le Code de déontologie des lobbyistes. 

Le registre des lobbyistes (www.lobby.gouv.qc.ca) concrétise la transparence des activités de lobbyisme. Les inscriptions doivent toujours refléter l’actualité des activités de lobbyisme menées par les lobbyistes. En le consultant, les citoyens sont informés des communications d’influence des lobbyistes. Avant que les décisions soient prises, les citoyens peuvent à leur tour interpeller les élus et les fonctionnaires et ainsi participer aux processus décisionnels publics.

Comme la législation québécoise sur le financement des partis politiques ou sur l'accès à l'information, la Loi sur la transparence et l'éthique en matière de lobbyisme contribue à améliorer la vie démocratique et à renforcer la confiance des citoyens envers les institutions publiques. 

Principaux éléments de la Loi

En bref, la Loi sur la transparence et l'éthique en matière de lobbyisme :

  • définit les activités de lobbyisme et établit les catégories de lobbyistes;
  • prévoit l'inscription et la mise à jour, dans un registre public, de renseignements portant notamment sur les lobbyistes et l'objet de leurs activités;
  • confie au conservateur du registre des lobbyistes la responsabilité de tenir le registre des lobbyistes; 
  • stipule que le commissaire au lobbyisme est désigné par l'Assemblée nationale et qu'il est, par conséquent, indépendant de l'administration gouvernementale;
  • donne au Commissaire au lobbyisme le mandat de surveiller et de contrôler les activités de lobbyisme;
  • donne au commissaire les pouvoirs requis pour procéder à des inspections et à des enquêtes relativement à toute contravention à la Loi ou au Code;
  • prévoit que le commissaire élabore et adopte un Code de déontologie des lobbyistes; 
  • interdit certaines pratiques en matière de lobbyisme;
  • prévoit des mesures disciplinaires et des sanctions pénales en cas de manquement à la Loi ou au Code;
  • prévoit que le commissaire peut émettre des ordonnances de confidentialité. 

Une Loi qui met en œuvre des droits fondamentaux

La Loi sur la transparence et l’éthique en matière de lobbyisme met en œuvre  des droits fondamentaux garantis par les chartes canadienne et québécoise.  Pensons par exemple :  

  • au droit à l’information; 
  • à la liberté d’expression;
  • au droit de vote. 

En démocratie, les citoyens peuvent exercer efficacement ces droits seulement si la transparence des institutions publiques est concrète. L’accès à l’information leur permet de comprendre les choix auxquels les pouvoirs publics doivent faire face.  

Les institutions publiques ont donc la responsabilité de rendre l’information accessible aux citoyens en s’assurant du respect de la Loi sur la transparence et l’éthique en matière de lobbyisme.  

Consulter la version intégrale de la Loi sur la transparence et l'éthique en matière de lobbyisme, du Code de déontologie des lobbyistes et du Règlement relatif au champ d’application de la Loi sur la transparence et l’éthique en matière de lobbyisme.