Dans la foulée de l’étude du rapport quinquennal du ministre de la Justice sur la mise en œuvre de la Loi sur la transparence et l’éthique en matière de lobbyisme et du Code de déontologie des lobbyistes, le Commissaire au lobbyisme du Québec a présenté son rapport « Bâtir la confiance » à la Commission des finances publiques, qui a tenu des consultations publiques pendant quatre jours en mai dernier (liste des recommandations). Le commissaire au lobbyisme avait pu présenter le 30 avril un bilan de ses activités depuis 2002. Les présentations du commissaire ont reçu un accueil très positif de la part des membres de la Commission.

Les consultations de la Commission des finances publiques ont été une occasion exceptionnelle de recueillir les différents points de vue des intervenants concernés par la mise en œuvre de la Loi cinq ans après son adoption. Le dépôt de près d’une vingtaine de mémoires de même que la couverture médiatique des travaux de la Commission témoignent d’un grand intérêt pour les questions relatives à la transparence et l’éthique en matière de lobbyisme au Québec.

Si l’assujettissement à la Loi a été loin de faire l’unanimité, tous les intervenants se sont empressés de soutenir la nécessité d’encadrer les activités de lobbyisme. En effet, plusieurs groupes ont prétendu que la nature de leur mission devrait amener le législateur à soustraire leur organisme de l’application de la Loi. Il en est ainsi des ordres professionnels qui ont présenté des mémoires à la Commission et de certains organismes à but non lucratif.

Le rapport de la Commission des finances publiques est attendu dans un proche avenir. En entrevue au Courrier parlementaire, les membres de la Commission ont souligné l’intérêt de souscrire aux principes de transparence et ont rappelé l’importance de l’encadrement des activités de lobbyisme. Un « retour en arrière » n’est pas envisagé, selon l’un d’eux.