En septembre dernier, le commissaire au lobbyisme a profité de l’occasion offerte par l’étude du projet de loi no 109 en commission parlementaire pour réitérer l’importance, pour les élus et les employés municipaux, de promouvoir la transparence dans la prise de décision afin de renforcer la confiance du public envers les élus et l’administration municipale.

Afin de consolider la culture éthique dans le milieu municipal, le commissaire au lobbyisme recommande aux municipalités de poser des gestes concrets quant aux comportements attendus des élus et des employés municipaux face aux situations de lobbyisme pouvant survenir dans leur environnement.

Le commissaire au lobbyisme recommande aux élus d’ajouter la transparence comme valeur de la municipalité et d’intégrer, dans les codes d’éthique et de déontologie des élus et des employés municipaux, des règles visant à prévenir les situations allant à l’encontre de la Loi sur la transparence et l’éthique en matière de lobbyisme.

Il suggère également aux municipalités d’ajouter un volet sur le lobbyisme dans la formation destinée aux élus municipaux et prévoir qu’une telle formation doit aussi être dispensée aux employés municipaux. Pour le commissaire au lobbyisme :

« L’une des principales zones de risques en matière éthique en regard de l’action municipale se situe dans les interactions entre les titulaires de charges publiques et des représentants externes à la municipalité, entre l’intérêt public et les intérêts particuliers. Ces relations ont souvent lieu dans le cadre de communications d’influence ou en amont de telles communications. »

« Voilà pourquoi il est important de savoir reconnaître les communications d’influence afin d’être en mesure de bien réagir dans les situations d’interaction entre les lobbyistes et les élus. »
Extraits des propos du commissaire au lobbyisme lors de l’étude du projet de loi no 109