Le 12 mai dernier se tenait à Montréal la toute première assemblée générale annuelle de l’Association québécoise des lobbyistes (AQL). Cette association, fondée en 2008, a pour mission de faire reconnaître la pratique professionnelle des relations gouvernementales au Québec.

À cette occasion, 9 personnes ont été nommées pour siéger au premier conseil d’administration, à l’intérieur de mandats variant de 1 à 3 ans. Quant à l’exécutif, il sera désigné lors de la première réunion du conseil d’administration.

La composition du conseil est fondée sur une représentation des 3 catégories de lobbyistes, soit les lobbyistes-conseils, les lobbyistes d’entreprise et les lobbyistes d’organisation.

Une rencontre organisée entre l’AQL et le Commissaire au lobbyisme du Québec s’est déroulée en avril dernier, à la demande de Mme Martine Hébert, présidente de l’Association. Mme Hébert y était elle-même présente, de même que M. André Légaré, vice-président de l’AQL, MFrançois Casgrain, commissaire au lobbyisme du Québec, ainsi que Me Denis Coulombe, secrétaire général du Commissaire au lobbyisme du Québec.

La rencontre visait à échanger sur diverses questions en lien avec l’encadrement et la pratique du lobbyisme. Entre autres sujets abordés, l’AQL a fait mention de sa décision d’imposer à tout nouveau membre de formuler une déclaration d’adhésion non équivoque au principe de transparence, dans le but de contrer la tendance qui consisterait à s’inscrire au registre des lobbyistes du Québec pour la simple forme, sans y consigner l’ensemble de ses mandats.

La rencontre a également permis de réitérer certains souhaits partagés par les 2 interlocuteurs, notamment en ce qui concerne l’allègement des modalités d’inscription au registre des lobbyistes.

Le Commissaire au lobbyisme considère que l’action de l’AQL met en valeur le lobbyisme en tant que pratique légitime, dans la mesure où elle regroupe des personnes qui contribuent à la reconnaissance du droit des citoyens de savoir qui cherche à influencer les décideurs publics, rehaussant par le fait même leur confiance dans les institutions.