Un groupe de vingt-trois gestionnaires municipaux de la Ville de Sherbrooke a reçu une formation le 15 mai dernier, offerte par la Direction des affaires juridiques du Commissaire au lobbyisme du Québec. Cette présentation fut, pour la majorité des personnes présentes, l’occasion d’un premier contact avec la Loi sur la transparence et l’éthique en matière de lobbyisme. L’accueil majoritairement positif du principe de transparence de la Loi vient démontrer une fois de plus que l’application de cette dernière est un pas en avant dans le processus qui scelle la confiance entre la population et les décideurs publics.

La séance de formation a permis de recueillir les questions et les commentaires des participants. Beaucoup d’interrogations reflétaient des situations vécues par les gestionnaires dans l’exercice de leurs fonctions, la plupart ayant confié au personnel du Commissaire qu’ils étaient fréquemment sollicités par des lobbyistes de divers secteurs d’activités. Mentionnons une certaine réticence du côté de l’audience quant au partage des responsabilités entre lobbyistes et titulaires de charges publiques. Une crainte de voir les partenariats s’altérer entre les représentants de l’appareil municipal et les acteurs du domaine privé ou social a été plus d’une fois rapportée. Les avocates formatrices du Commissaire au lobbyisme ont réitéré la nécessité pour les décideurs publics de tenir compte de la Loi dans leurs processus décisionnels.

Les élus du conseil municipal de Sherbrooke ont invité le commissaire au lobbyisme, M. André C. Côté, à leur rendre visite le 8 juin dernier afin d’être eux aussi informés des tenants et aboutissants de la Loi.