Une série d’articles parus récemment dans le journal La Tribune de Sherbrooke sous la plume de David Bombardier font état d’activités de lobbyisme qui auraient été effectuées par des promoteurs immobiliers auprès des autorités municipales. L’objet de ces activités n’étant pas inscrit au registre des lobbyistes, des citoyens et citoyennes ont alors posé aux élus municipaux des questions sur l’importance du lobbyisme fait auprès de la ville et sur le respect, par les lobbyistes, de la Loi sur la transparence et l’éthique en matière de lobbyisme ainsi que du Code de déontologie des lobbyistes. Cette situation a eu des échos jusqu’à Victoriaville où des citoyens questionnent également leurs autorités municipales sur l’importance des communications d’influence faites auprès d’elles.

Le 5 février dernier, la ville de Sherbrooke émettait pour sa part un communiqué dans lequel le maire Perreault reconnaît : « qu’il y a matière à échanger sur le sujet avec le Commissaire au lobbyisme. Considérant qu’il s’agit d’une question fort importante dans la gestion de nos activités, M.Bernard Tanguay, président du comité exécutif de la Ville, et moi allons demander au commissaire de devancer la rencontre que nous devions avoir avec lui. Des démarches sont déjà en cours ».

Un dossier à suivre.