Selon vous, laquelle de ces mises en situation satisfait aux conditions de délivrance d'une ordonnance de confidentialité par le commissaire au lobbyisme?
1.
Une responsable des relations gouvernementales travaille dans l'entreprise « O » qui envisage d'investir dans le domaine de l'exploitation d'une ressource naturelle. Actuellement, l'État est le principal actionnaire de la société qui exploite cette ressource naturelle. Dans l'éventualité d'une privatisation, comme cela a été annoncé en campagne électorale, l'entreprise « O » se montrerait intéressée à investir dans cette société. L'investissement serait bien sûr tributaire des conditions d'acquisition de la société que la responsable des relations gouvernementales de « O » — la lobbyiste d'entreprise — envisage de proposer au gouvernement. Dans l'éventualité où les conditions d'acquisition ne seraient pas à sa satisfaction, le projet d'investissement tomberait à l'eau. La lobbyiste soutient que la divulgation au registre de son projet d'investissement aurait pour effet de susciter des offres concurrentes.
2.
Un lobbyiste d'organisation veut obtenir une modification à une loi qui encadre les activités économiques de ses membres. Le lobbyiste soutient que la divulgation au registre des lobbyistes de l'objet de ses activités de représentation risque de soulever l'opinion publique en défaveur de ses membres.
3.
Un lobbyiste-conseil représente un fabricant de médicaments qui désire construire un centre de production d'un médicament révolutionnaire dans les Hautes-Laurentides. La construction de ce centre, qui doit se faire sur un site voisin d'un compétiteur, est essentielle à la survie du fabricant. Pour la mise sur pied de ce projet, le lobbyiste doit obtenir une subvention du gouvernement. Le lobbyiste allègue que la déclaration au registre des lobbyistes aurait pour effet de rendre publiques des informations scientifiques, ce qui risquerait fortement de compromettre tout le projet d'investissement.